Les 3 grands enjeux sociaux, environnementaux et économiques des Philippines

Les 3 grands enjeux sociaux, environnementaux et économiques des Philippines

Les Philippines sont sujettes aux catastrophes naturelles, en particulier les typhons, les inondations, les  glissements de terrain, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre et les tsunamis. Parce que le pays asiatique est dans la région volcanique active connue sous le nom de « Ceinture de feu du Pacifique » et dans le  région géologiquement instable entre les plaques tectoniques du Pacifique et de l’Eurasie. 

Les Philippines souffrent  également d’une importante dégradation de l’environnement causée par l’homme, aggravée par un taux de  croissance démographique annuel élevé, notamment la perte de terres agricoles, la déforestation, l’érosion des sols,  la pollution de l’air et de l’eau, l’élimination inappropriée des déchets solides et toxiques, la perte de récifs coralliens,  la mauvaise gestion et l’abus des ressources côtières et la surpêche.

pollution plastique

Le changement climatique et les Philippines 

Des études scientifiques récentes révèlent que les activités humaines ont contribué de manière significative à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère qui cause le changement climatique. 

Les Philippines sont un point chaud pour les catastrophes liées au changement climatique, en particulier le risque pour l’agriculture et la sécurité alimentaire en raison du phénomène oscillant El Niño et des cyclones tropicaux sévères. 

La propagation des maladies infectieuses est influencée par les fluctuations des variables climatiques, de la température, de l’humidité relative et des précipitations.Des typhons comme Reming qui ont frappé la région de Bicol en 2006 ont détruit pour une valeur d’au moins 90  millions d’ euros de produits agricoles et d’infrastructures.

Des maladies telles que la dengue, le paludisme, le choléra ont augmenté au fil des ans. Les  impacts du changement climatique sur les zones côtières et les écosystèmes marins ont provoqué un  blanchissement massif des coraux, en particulier en 1998, en raison de la température élevée de la mer,  de la mortalité des poissons et des marées rouges comme celle de 1992, période El Niño. 

Les scientifiques ont averti que les Philippines pourraient connaître la famine d’ici 2022, car l’impact négatif  du réchauffement climatique fait des ravages sur les ressources naturelles. Des milliers de personnes seront  déplacées de leurs foyers, en particulier dans les communautés côtières de basse altitude. 

Déclin des ressources naturelles et de la biodiversité 

Les Philippines souffrent de la dégradation de l’environnement naturel. Il  

compte aujourd’hui cinquante grandes rivières polluées à cause des abus et de la  

négligence. 

Environ les deux tiers des mangroves d’origine du pays ont disparu. Il  y a cent ans, les Philippines possédaient près de 22 millions d’hectares de forêts anciennes. Début 2000, il nous restait moins de 600 000 hectares de forêts anciennes. 

En un siècle, nous avons abattu près de 97 pour cent de la forêt primaire.

Des scientifiques disent que nous avons systématiquement abattu cette forêt et que nous n’avons pas arrêté sa destruction et mis en péril la biodiversité. 

L’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) estime qu’il faut 4000 litres d’eau pour produire un kilo de riz. En raison de la perte de forêts, nous avons moins d’eau  puisque la plupart de notre eau douce provient des bassins versants des forêts. Par conséquent, la perte de forêts signifie la perte de nourriture. 

Plus de 400 espèces végétales et animales trouvées aux Philippines sont actuellement  menacées d’extinction, notamment l’aigle des Philippines, le tamarau et le dugong. En 2001, 49 des espèces de mammifères du pays, 86 espèces d’oiseaux et 320 espèces de plantes étaient menacées  d’extinction. Les espèces menacées aux Philippines comprennent l’aigle mangeur de singes, le tarsier des Philippines, quatre espèces de tortues (mer verte, tortue imbriquée, ridley  olivâtre et tortue luth), le crocodile des Philippines, le sinarapan et deux espèces de papillons. Le  cochon verruqueux de Cebu, le renard volant de Panay et la chauve-souris de Chapman ont disparu. 

riviere pollution pinay

Le problème alarmant des déchets aux Philippines 

Les Philippines ont des problèmes de déchets malgré l’adoption de la loi sur la gestion écologique des déchets solides ou de la loi de la République (RA) 9003. 

Il existe au moins 677 décharges ouvertes, 343 décharges contrôlées et 21 décharges dans le pays. 307 sites de décharge supplémentaires font l’objet de plans  

de fermeture ou de réhabilitation, mais sans calendrier précis d’exécution. Il est proposé de mettre en place environ 215 décharges supplémentaires  dans tout le pays.

Environ 1 000 décharges ouvertes et contrôlées existent dans le pays. Des  décharges importantes dans tout le pays se trouvent à Antipolo et Montalban à Rizal; Baguio ; Calapan, Mindoro Oriental; Carmen, Cagayan de Oro ; Mandurriao, Iloilo; Obando, Bulacan ; et San Pedro, Laguna. 

Les écologistes soulignent que la loi de la République 9003 appelle à l’adoption des meilleures  pratiques environnementales en matière de gestion écologique des déchets et exclut explicitement  l’incinération des déchets en tant qu’option écologique. Ces installations d’élimination des polluants sont des  sources majeures d’émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère qui contribuent au réchauffement  climatique. Selon les études, les décharges et les décharges à ciel ouvert représentent 34 pour cent des  émissions de méthane liées à l’homme dans l’atmosphère, un gaz réchauffant la planète qui a 23 fois plus de  pouvoir de piégeage de chaleur que le dioxyde de carbone. 

Ces décharges et décharges à ciel ouvert sont  illégales en vertu de la RA 9003. 

Les incinérateurs, d’autre part, ont des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre (par  kilowatt) nettement plus élevés qu’une centrale électrique au charbon lorsque tout le carbone  sortant des cheminées d’un incinérateur est mesuré. De telles émissions sont interdites par la Clean Air Act du pays. 

L’inaction autour des ordures contribue à la mort d’au moins deux personnes chaque minute en  raison de complications liées à des problèmes environnementaux, qui pourraient être évitées si le pays  ne développait qu’un programme de gestion environnementale plus efficace. 

La mauvaise gestion des déchets a de graves conséquences environnementales : contamination des eaux  souterraines et de surface, inondations locales, pollution de l’air, exposition à des toxines et propagation de maladies.  De nombreux sites d’élimination contiennent des matières infectieuses, menaçant ainsi les agents d’assainissement et les ramasseurs des déchets. 

La production annuelle de déchets aux Philippines devrait augmenter de 40 % d’ici 2030.  L’amélioration du recyclage, de la collecte et de l’élimination deviendra encore plus critique à mesure que  la production de déchets continuera d’augmenter avec la croissance démographique et le développement  économique. 

Les efforts passés pour promouvoir la séparation des déchets à la source ont un impact minimal  malgré la présence de la loi de la République 9003. La plupart d’entre eux étaient des ordonnances de barangay, de ville et municipales prévoyant des sanctions et des pénalités en cas de non-respect. Des  campagnes, des séminaires, des formations et d’autres activités communautaires différentes ont été mises en  œuvre avec l’aide de divers groupes privés ou ONG pour poursuivre l’objectif de résoudre le problème des  ordures. 

La RA 9003 appelle en outre à la mise en place d’installations de récupération de matériaux, ou  de centres écologiques, dans chaque barangay ou groupe de barangay. À ce jour, seuls 1 923 centres  écologiques existent, desservant 2 133 barangays sur un total de 41 975 à l’échelle nationale. Rien qu’à  Quezon City, seuls 52 barangays ont établi des installations de récupération de matériaux sur un total de 142.

Comment apporter son aide ?

Avec l’Opération 11.11.11. qui a lieu chaque année, vous pouvez apporter une contribution et être solidaire avec les philippins les plus affectés par l’accès à l’eau potable et une alimentation saine et suffisante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code